La somatisation ou quand les mots deviennent des maux

femme_coucher_de_soleil

« Lorsque nous mettons des mots sur les maux, lesdits maux deviennent des mots dits et cessent d’être maudits. » Guy Corneau

Savez-vous qu’une forte colère peut donner naissance à un mal de gorge ? Généralement, ce mal de gorge est soigné par un sirop naturel, un bonbon à la menthe ou une infusion au thym. Mais pourtant, la guérison se passe ailleurs. En administrant un remède, on soigne les symptômes. Or, n’est-ce pas la cause qu’il faut gérer ? En réalité, le processus de guérison se met en marche dès l’instant où la colère est comprise et stoppée.

Ce sont en réalité nos émotions qui provoquent des disharmonies dans l’organisme, perturbant l’homéostasie. C’est pourquoi la manière de gérer une émotion aura toute son importance dans le cheminement vers la santé.

Platon nous affirmait déjà en temps : « On ne doit pas chercher à guérir le corps sans chercher à guérir l’âme. »

Le refoulement est un ennemi de la santé

Tout ce qu’on refuse de voir, de croire, d’admettre resurgira un jour ou l’autre. Certaines personnes enfouissent des choses dans leur mémoire émotionnelle. Simplement parce qu’elles ne veulent plus de liens avec certaines émotions. Ne plus ressentir, c’est une armure que beaucoup utilisent. Au niveau du cerveau, c’est en se concentrant sur son hémisphère gauche que tout devient lisse dans le quotidien.

L’hémisphère gauche gère toute la partie rationnelle de nos pensées. Il réfléchit, il lit, il parle, il analyse, il structure. Il est le siège de notre logique. On considère qu’il représente la partie yang de notre être, à savoir l’énergie masculine en nous.

L’hémisphère droit s’occupe particulièrement de nos émotions. C’est la partie de notre cerveau qui gère l’intuition, l’inspiration, l’imagination, etc. Dès lors, pour agir en équilibre, il s’oppose à l’hémisphère gauche, en s’exprimant dans une énergie féminine, yin.

C’est pourquoi en refoulant une émotion, on empêche le yin de s’infiltrer dans notre corps, notre âme, notre vie. On devient des machines à faire, produire, agir et ce, quelques soient nos émotions. Nous refoulons pour continuer d’avancer et gérer.

Mais ces émotions refoulées ne s’envolent pas. Elles restent ancrées en nous, dans notre mémoire émotionnelle. Souvent, nous oublions les évènements douloureux pour continuer à vivre pleinement.

Mais le corps, lui, n’oublie pas.

La résonance et la mémoire du corps

Prenons l’exemple d’une jeune femme abandonnée par son père. Cet homme est parti à la suite d’un divorce et n’a plus jamais donné signe de vie.

Dans cette période de la vie, la jeune femme s’est sentie abandonnée, seule et mal-aimée. De plus, elle était souvent malade et développait des maladies de peau fréquentes.

Plus tard, à l’âge adulte, cette jeune femme aura des risques de développer des problèmes cutanés à chaque fois qu’un homme quittera sa vie. C’est la mémoire du corps.
Dans l’incompréhension de son mal-être, cette jeune femme essaiera tous les remèdes existants pour soulager ses problèmes cutanés. Or, c’est à la source qu’il faut régler les choses, dans son lien avec l’abandon et les hommes.

Le cerveau limbique communique avec l’hypothalamus pour déclencher une maladie.

Cette jeune femme a besoin de transformer la douleur d’abandon pour ne plus vivre ces troubles de la peau. Bien que la conscience ne lui ait pas révélé, elle doit faire le lien entre l’abandon et la peau. Ensuite, elle devra travailler ce lien pour se libérer des émotions négatives qui entourent cette douleur. Ce travail très complexe demande de transformer ce qui n’est pas favorable pour nous en solutions favorables.

Dans ses ouvrages, Claudia Rainville nous dit « En cherchant à fuir une situation qui nous fait mal, nous fuyons également ce qui nous permettrait de nous en libérer. »

Le processus de libération est extraordinaire, mais c’est un chemin. Un processus complexe qui consiste à découvrir la cause d’une maladie pour en extraire une solution possible. Le résultat s’inscrira également dans la matière physique et le corps n’engendrera plus les maladies liées à la souffrance.

Comment se libérer d’une douleur émotionnelle ?

Se libérer d’une douleur émotionnelle n’est pas une guérison simple. C’est la raison pour laquelle je vous conseille un accompagnement de qualité pour être soutenue, comprise et guidée dans votre évolution personnelle et émotionnelle.

1. Découvrir l’évènement déclencheur. Il peut se trouver dans la toute petite enfance, donc n’hésitez pas à parler avec votre famille pour comprendre les évènements de votre passé.
2. S’entourer des spécialistes (hypnose, sophrologie, etc.) pour revivre pleinement ces émotions en toute sécurité. Entourez-vous toujours de bonnes personnes, car des traumas peuvent surgir et faire du mal si on est mal accompagnés.
3. Toujours accompagné d’une spécialiste, accueillir les émotions qui surgissent : osez pleurer, crier, hurler. L’objectif étant de ne plus refouler ce qui détruit le corps.
4. Transformer

Le corps nous parle

Bien que l’expérience nous prouve que nous sommes des individus uniques. Et que nos maladies sont le reflet de notre vie intérieure, voici quelques exemples qui pourraient faire résonnance chez vous.

Les saignements de nez sauf cause physique (contusion, etc.) : ils sont souvent liés à une perte de joie dans notre quotidien.

La névralgie : elle peut être reliée à une émotion qu’on ne veut plus jamais ressentir.

Une douleur au genou : elle exprime peut-être une incapacité à s’incliner ou à être flexible dans notre vie.

L’œsophagite : cette inflammation chronique ou aiguë traduit souvent une colère face à autrui.

Les maladies karmiques

Il arrive que le corps subisse les conséquences d’une vie précédente. Les maux, non résolus, peuvent s’ancrer dans l’énergie karmique de notre être. Se libérer d’une telle source est complexe, mais pas impossible. Nous vivons dans une ère de transformation, où tout est cycle. Dès lors, la guérison, même karmique, est possible.

Il est évident que les maux du corps ne doivent pas être pris à la légère. Nous sommes des êtres globaux, holistiques et s’intéresser à notre équilibre tant physique qu’émotionnel est la voie vers le bien-être et l’harmonie intérieure.

2 Commentaires

  1. Gayraud

    Super article 🙏 je ne suis pas une adepte des médicaments pour soigner même pour un mal de tête je ne prends rien… Par contre je fais de la rhinite allergique tous les ans j’aimerais m’en débarrasser je suis sûre qu’il y a un lien avec mon traumatisme avec mon père… Ou autre en fait je ne sais pas en tout cas je sais par qui me faire accompagner pour cette guérison 😉

    Réponse
    • Alexia

      Merci pour ton commentaire ! Effectivement, certains traumas peuvent s’inscrire dans la mémoire du corps…

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aimer aussi …

L’abondance, l’art de recevoir

L’abondance, l’art de recevoir

IOffrir des cadeaux à ses amis ou sa famille, rien de plus simple. On se fait d’ailleurs souvent une joie de faire plaisir à l’autre. Mais nombreuses sont celles qui ne savent pas recevoir. Soit parce qu’elles ne se sentent pas dignes d’un tel présent, soit pour une...

Gemmothérapie spirituelle : 3 bourgeons indispensables au printemps

Gemmothérapie spirituelle : 3 bourgeons indispensables au printemps

On les oublie souvent, et pourtant, les bourgeons en gemmothérapie représentent le symbolisme de l’arbre duquel ils proviennent. Les énergies présentes dans les bourgeons expriment le potentiel complexe de la plante. Dans le monde végétal, tout est un trésor. Des...

Et si on se mettait à la cosméto naturelle ?

Et si on se mettait à la cosméto naturelle ?

Et si on arrêtait le temps l’espace d’un instant pour réfléchir à nos produits de soin. Ouvrez vos armoires de salle de bain et que voyez-vous ? Avez-vous déjà lu les étiquettes de vos produits de beauté ? Les produits...

Découvrir

les autres articles

Découvrir

mes pratiques

Recevez la lettre inspirante